11.

24 septembre 2014 § Poster un commentaire

.
ta peau
________ sous les couvertures de juin
goutait le soleil
faisait voguer le lit

sur ma chaire sale
________ cent vagues
de mes serres chaudes
________ l’amour déchirait

du sable dans les cheveux
la mer à la bouche
je cherchais la jouissance
________ d’une écriture passée

10.

23 septembre 2014 § Poster un commentaire

origami

j’origamis les feuilles d’automne
en oiseaux cravatés aux branches
tu les cueilles et les croques
comme des pommes au goût de plumes ________ et de pluies

9.

22 septembre 2014 § Poster un commentaire

enfantillages

aux cadres j’ai fait pousser
mes rêves (d’enfants)
couleurs pastelles au goût de craie
j’entends les rires
______ dans les oreilles des murs

8.

21 septembre 2014 § Poster un commentaire

eau

L’eau
____ comme un deuxième monde
reflète ton absence _____ sur le trottoir

même là-bas
t’es ailleurs
loin
_____ pas ici

Salut. C’est moi qui te quitte.

20 septembre 2014 § Poster un commentaire

.
J’invente des morts sous la semelle de mes ongles, je t’écris, je te cris, je voudrais que tu partes.

                              Dring-dring.
                              Biiiiiip.
                              Salut, c’est moi. Je t’aime encore.
                                                     Laisse-moi.
                                                     Disparaît.
 
Il est trois heures du matin. Je cauchemar à toi, éveillée, et veiller un livre à la main qui parle d’amour et d’amer. Vomissures de commissures. Je te crèverais de mes yeux si ça m’aiderait.

                              Dring-dring.
                              Biiiiiiiiiiip.
                              Salut, c’est personne. Ne me rappelle plus.
                                                Dis, paraît que.
                                                Non. Oublie. Disparaît, c’est tout.

J’ai hâte que tu t’en ailles. Loin. Et qu’avec la distance, l’oubli. Oui.
                              Toi-loin,
                                      moi-paix.
                                       enfin
                                       enfin
                                       enfin

                              Dring-dring.
                              Beeeeeeeerk.
                              Salut. J’ai vomi sur tes mots.
                                     J’ai souri sur ta mort.
                                    J’ai pleuré sur
                                                    sur rien
                                                               j’ai souri
                                                               t’es parti
 
J’ai hâte de te disparaitre de mes songes. Je suis plus lourde sur la balance, ma chair pèse moins légère quand j’ai toi plein la bouche
                                                        plein la cuvette            je t’ai encore gerbé
toi plein les mots, plein les doigts, plein les draps de mauvais rêves

                              Dring-dring.
                              (vide)
                              Tu me pèse, tu te m’enfonces.

Je crois que je te déteste.
                  je te déteste.
                      te déteste.
                          déteste.

                  je te dé teste, aussi fort que mon poingt
                                                                   d’interrogation au visage

                              Dring-dring.
                              BOOM
                              Je rêve au jour où
                                        l’atomique viendra
                                                       bombarder les hommes-faux
                                                                        du cimetière de ta vie

Disparait. S’il te plaît.
Il n’existera jamais un monde meilleur où tu seras là.

L’automne a un goût de tendresse

19 septembre 2014 § Poster un commentaire

.
C’est l’orange à l’odeur de l’automne
qui cogne à ma porte les nuits d’insomnie

ouvre un octobre au goût doux
qui dégoutte son velours sur mes pages cernées

entrent des feuilles dans un bruissement
s’envolent avec mes milles et unes histoires d’horreur

s’engouffre sous la couette, l’orange
peau contre peau avec l’automne, je m’endors

Ancre-moi

18 septembre 2014 § Poster un commentaire

jetaime

une petite île de carton
arrive et dérive, s’éclabousse dans le (pro)fond
la bouche pleine de bleu-de-mer
________________ de larmes salées au goût d’amer
________________ des coquillages morts aux orteils

frôle ton pays
________ tes yeux de la Gaspésie
________ verts et terre
repère parfait
________ entre deux noyades

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.